Mairie Semur-en-Brionnais Infos

Bienvenue sur le blog de la mairie de Semur-en-Brionnais

  • Accueil
  • > Manifestations
  • > Ce mardi midi, trois virtuoses ont procuré un pur bonheur aux mélomanes installés en la collégiale

31 juillet, 2014

Ce mardi midi, trois virtuoses ont procuré un pur bonheur aux mélomanes installés en la collégiale

Classé dans : Manifestations — mairiesemurenbrionnais @ 6 h 00 min

DSCN4337_1

Le Festival Musique en Brionnais multiplie les plaisirs et offre des propositions diverses, toutes liées à la musique et au patrimoine –qu’il soit architectural, géologique, végétal, paysager, gourmand- du Brionnais et du Charolais. Ce mardi matin, Simon Belot, du CEP (Centre d’Etudes des Patrimoines), a fait découvrir trois églises de la région, très différentes les unes des autres, mais toutes emblématiques de l’art roman du Brionnais : celles de Montceaux-l’Etoile, d’Anzy-le-Duc et de Semur, à savoir, la collégiale Saint-Hilaire, dépendant toutes trois du diocèse d’Autun. Cette dernière, néanmoins, offre –quant à son identité plusieurs spécificités. Elle est répertoriée comme site clunisien dans la mesure où la famille des Semur l’a faite édifier dans les années 1160/1180, après la mort de leur oncle, Hugues de Semur, sixième abbé de Cluny et en souvenir de ce dernier. Elle ne ressemble à aucune autre (excepté la tribune en encorbellement, identique –bien que plus petite- à celle de Cluny) car elle est romane mais déjà l’arc se brise et le gothique pointe son nez. Simon Belot n’a pas uniquement parlé de l’aspect architectural de ces trois édifices mais de leur contexte historique et sociétal afin de les faire revivre –et même vivre, tout simplement.

Après les visites, un sublime concert est donné par trois des onze musiciens créant l’évènement de ce Festival. Il a ravi quatre-vingt personnes installées dans l’église. Chacun jouera en solo. Le clarinettiste Israélien Tibi Cziger, ouvre le bal de ce « Tour du monde musical » avec une partita en la mineur de Bach, pour flûte, avec un arrangement en sol mineur pour clarinette. Il apporte une note pleine d’allégresse, ponctuée de caresses de velours. Elle est suivie de « Trois mouvements pour clarinette », de son compatriote Yehezkel Braun, tout en rythme et –paradoxe- tout en douceur. Des notes se glissent, se faufilent.

C’est au tour de la violoniste Québécoise Hélène Collerette qui interprète, elle aussi, une œuvre d’un compatriote -Serge Arcuri- dans laquelle se dévoilent mystères et grands espaces. L’archer glisse sur les cordes et l’on ressent le calme qui règne là-bas. Elle fait suivre ce premier morceau de celui du Finlandais Esa-Pekka Salon. Il parle de la réappropriation du rire. Là aussi, il est question de grands espaces, de courses effrénées avant un splendide retour au calme et une nouvelle tempête.

C’est au tour du contrebassiste Téotime Voisin. Lui aussi fait, avec le compositeur Franco-Suisse, Richard Dubugnon, un tour du côté de la Finlande. Grâce à sa contrebasse –et à son talent- le coucou chantant dans les branches, pénètre dans la collégiale. Les cœurs battent la chamade avec « Hämärä, le coucou qui chante dans le crépuscule ». Le musicien entraîne alors les spectateurs dans un tourbillon provoqué par les valses numéro un et numéro sept, extraites des douze valses de l’Italien Domenico Dragonetti, contemporain de Beethoven, le héros de cette dixième édition de « Musique en Brionnais ». Le voyage se poursuit vers l’Amérique latine, en Equateur. Il interprète des variations sur la chanson « Méditacions » qu’il a composé de concert avec le chanteur Equatorien Herman Sotomayor. Elles subjuguent le public

Ce concert de mi-journée se termine par une prestation du clarinettiste qui vient fermer le bal avec Astor Piazzolla pour une dernière danse, un tango, naturellement !

Un concert, donné en soirée à Bois Sainte-Marie par Juliana Steinbach, pianiste virtuose, fondatrice  et directrice artistique du festival fera de cette journée de mardi un moment unique. Une dentelle précieuse ornera, note à note, notre beau Brionnais et Semur a eu le grand plaisir d’être associé à ce textile délicat -et musical !

Fabienne Croze, de l’Académie des Ecrivains Publics de France

DSCN4315_1

DSCN4311_1

Laisser un commentaire

 

daryl2 |
BIENVENU DANS LE BLOG DE RIBAE |
brezhoneger |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | CETTE ANNEE LA ...
| Noemie's blog
| Blog intéressant