Mairie Semur-en-Brionnais Infos

Bienvenue sur le blog de la mairie de Semur-en-Brionnais

2 mars, 2011

Connaissez-vous le rat taupier?

Classé dans : Nature — mairiesemurenbrionnais @ 6 h 52 min

rat20taupier1.jpg

Campagnol terrestre aussi appelé Rat taupier

Les jardiniers se désolent cet hiver de voir leur jardin envahi par les rongeurs. Les carottes, les poireaux, les plants de salade sont dévorés par les mulots, les campagnols. Leur présence est confirmée par des petits trous dans le sol qui débouchent sur des galeries. Il est un autre rongeur qui est apparu ces dernières années dans notre région et dont les dégats aux prairies et aux cultures est beaucoup plus impressionnant: le rat taupier. Son corps est ramassé, plutôt rond. Les oreilles sont fines, la queue relativement courte et le museau arrondi. Il pèse entre 100 et 300 g et mesure entre 15 et 25 cm de long. Son pelage est brun roux ou brun clair. Il possède 4 doigts et 5 orteils. Autrefois très commun dans toute l’Europe jusqu’en Sibérie, on le rencontre maintenant surtout dans l’est de la France notamment dans les massifs montagneux, Alpes, Jura, Massif Central jusqu’à 2000m d’altitude.

Le rat taupier vit sous terre dans les prairies, mais aussi dans les jardins. Avec ses griffes et à l’aide de ses incisives, il creuse des galeries dans le sol, repoussant la terre derrière lui avec les pattes, puis avec la tête, formant des monticules évoquant les taupinières. Comme tous les rongeurs, il peut véhiculer de nombreuses maladies parasitaires susceptibles de toucher l’homme (echinococose), virales (rage) ou bactériennes (listériose, peste).

Le rat taupier vit en couple. Sa durée de vie est d’environ 2 ans. Une femelle peut avoir jusqu’à 6 portées de 4 à 5 petits par an. Les jeunes sont émancipés vers 4 semaines et atteignent leur maturité sexuelle vers 2 mois( ce qui explique sa prolifération quand il n’a pas de prédateur sur son territoire).

Ses prédateurs naturels sont la belette, le putois, le renard ainsi que les rapaces (buses, chouettes) et les hérons.

Il existe des méthodes écologiques pour éloigner les rats taupiers et autres rongeurs de son jardin en utilisant des répulsifs naturels disposés dans les galeries: des tourteaux de ricin, du purin de sureau, des copeaux de tuya, de l’ail, des déchets de poisson. On peut aussi enterrer à moitié des bouteilles plastique coupées en deux, le vent produit un sifflement qui les dérangent. (source Wikipédia)

img94901.jpg

Résultat de l’invasion des rats taupiers: cette prairie aux abords de la Maison de Retraite est entièrement ravagée.

 

4 février, 2011

Oiseaux du bord de Loire

Classé dans : Nature — mairiesemurenbrionnais @ 7 h 02 min

Découvrons aujourd’hui une famille de petits échassiers: les Chevaliers

mg2842dxoraw.jpg

Le Chevalier Gambette, le plus petit, de la taille d’un merle est facilement reconnaissable à ses pattes et à la base de son bec rouge vif. Il niche dans les prés humides ou les berges marécageuses des étangs ou des cours d’eau. Il se nourrit de mollusques, d’insectes et de vers.

mg5247dxo.jpg

Le Chevalier aboyeur est un peu plus fort avec un bec légèrement retroussé. Ses pattes sont verdâtres. Son ventre et son croupion sont d’un blanc éclatant. Il niche dans les endroits marécageux, son nid est une petite cavité dans le sol cachée par les herbes. Il se nourrit de petits animaux aquatiques. C’est l’un des rares chevaliers qui se nourrit de petits poissons.

mg3230dxoraw.jpg

Le chevalier cul blanc. Dessous et racine de la queue d’un blanc éclatant. Pattes vert olive. Niche dans les forêts marécageuses, les marais ou près des plans d’eau. Il niche rarement à terre, le plus souvent dans un vieux nid de merle, de pigeon ou de geai. Il se nourrit d’animaux aquatiques, d’araignées ou d’insectes.

Les chevaliers sont des migrateurs qui arriveront au début du printemps pour nicher.

Photos de Marcel DUMAS.

20 janvier, 2011

Des arbres remarquables (suite)

Classé dans : Nature — mairiesemurenbrionnais @ 6 h 26 min

Je ne pensais pas que mon article sur les arbres remarquables de la commune allait susciter un réel intérêt. Puisque c’est le cas, je vous propose de poursuivre la découverte des arbres dans notre bocage brionnais. Tout d’abord, je dois rectifier mes propos au sujet du magnifique chêne qui se trouve au milieu d’un pré en Bel Air. Jamais ce chêne n’aurait pu germer et croitre au milieu du pré, les vaches se seraient empressées de le brouter. Sa présence a une autre explication. Il a poussé au milieu d’une haie qui aujourd’hui a disparu lors du regroupement de deux parcelles. Autrefois, et encore aujourd’hui pour la plupart des éleveurs, on laissait pousser des arbres dans la haie, chênes ou frênes le plus souvent. Ceci pour deux raisons: ces arbres servaient d’abri aux bêtes et le fermier faisait sa provision de bois de chauffe à partir de ces arbres dont il coupait les branches (d’où les arbres têtards que l’on peut rencontrer encore dans les haies). Les feuilles de hêtre servaient également de nourriture aux bovins en période de sécheresse. Le broyage mécanique des haies a malheureusement tendance à supprimer cette pratique ancestrale.

img93681.jpg

Lorsqu’un arbre est isolé au milieu d’un pré, il était la plupart du temps inclus dans une haie (une « trace », un « piécis », ou une « bouchure » comme on dit chez nous). Cette haie a ensuite disparu par la réunion de 2 parcelles. Ces arbres sont par la suite difficilement exploitables en raison de la présence de fils de fer barbelé qui ont été digéré lors de la croissance de l’arbre.

img93661.jpg

Caractéristique du bocage brionnais: la présence d’arbres dans les haies, conservés en fonction des vents dominants qui amènent la pluie pour permettre aux bovins de s’abriter (ici au nord-ouest). Ces arbres sont quelquefois exploités pour faire du bois de chauffage.

img93671.jpg

L’exploitation régulière des arbres des haies conduit à la formation d’arbres tétards dont le tronc s’élargit au niveau des branches coupées.

(FB)

12 janvier, 2011

Des arbres remarquables

Classé dans : Nature — mairiesemurenbrionnais @ 6 h 28 min

Vous avez peut-être remarqué au cours de vos promenades sur les chemins communaux des arbres imposants. Voici 2 colosses de la nature que j’ai rencontrés.

img93581.jpg

Ce chêne a poussé au milieu d’un pré en Bel Air. Le propriétaire l’a judicieusement conservé. Son ombre est très appréciée en été par les bovins qui peuvent aussi s’y abriter de la pluie.

img93621.jpg

Cet énorme châtaigner, sûrement plusieurs fois centenaire, a poussé à Montmegin où il domine la forêt des Charmays. Il a sans doute été plusieurs fois foudroyé, et quelques unes de ses branches meurent.

11 janvier, 2011

Coin des ornithologues

Classé dans : Nature — mairiesemurenbrionnais @ 6 h 50 min

Je vous propose de poursuivre la découverte des oiseaux du bord de Loire.

Il existe au Port d’Artaix, sur la rive droite de la Loire, un petit bois d’épicéas où plusieurs espèces de hérons ont l’habitude de nicher.

heronbihoreau211.jpg

Le héron bihoreau est surtout actif à la tombée de la nuit ou tôt le matin.

hrongardeboeuf11.jpg

Le héron garde-boeuf se rencontre le plus souvent en Afrique sur le dos d’un zébu. Marcel Dumas en a photographié un sur le dos d’une vache charolaise.

aigrettegarzette11.jpg

L’aigrette garzette, pattes et bec noirs est de plus en plus répandue. On la voit souvent courrir dans l’eau peu profonde à la poursuite d’un petit poisson ou d’un amphibien. Comme le héron bihoreau ou le héron garde-boeuf, c’est une espèce migratrice.

Les photos sont de Marcel Dumas.

 

 

6 janvier, 2011

Connaissez-vous Marcel DUMAS?

Classé dans : Nature — mairiesemurenbrionnais @ 9 h 08 min

marcel.jpg

Marcel DUMAS est né à Bourg le Comte. Il n’a pratiquement pas quitté son Brionnais natal depuis (3 ans à Paris seulement pour son travail). Il a longtemps habité à Baugy, pas très loin de la Loire puis il s’est installé à Versaugues. Il travaille encore pour quelques semaines à France Télécom à Paray le Monial. Il a découvert l’ornithologie vers 40 ans et depuis les oiseaux sont sa passion. Il a d’abord appris à les reconnaître puis à les photographier. Il est adhérent à la Ligue de Protection des Oiseaux et à une autre association ornothologique départementale: l’AOMSL. Il a acccepté, lors d’une dernière rencontre en bord de Loire, que je fasse paraitre sur le blog de la mairie quelques unes de ses photos, car il souhaite partager sa passion. Si vous vous promenez en bord de Loire, vous le rencontrerez sûrement muni de ses jumelles et de son appareil photo au zoom impressionnant à l’affut derrière un bosquet pour prendre encore des clichés. N’hésitez pas à l’aborder, il se fera un plaisir de vous faire part de ses dernières observations. Il a créé un site que je vous conseille de consulter si vous êtes comme moi un passionné de la nature: Marcel Dumas Nature

Découverte des oiseaux du bord de Loire

Classé dans : Nature — mairiesemurenbrionnais @ 6 h 14 min

Nous ne sommes pas très loin de la Loire. Il existe au lieu-dit le Port d’Artaix, côté Marcigny, en remontant le cours du fleuve sauvage, un site exceptionnel où on peut découvrir et observer bon nombre d’espèces d’oiseaux.  Je vous propose grâce à des photos prises par Marcel DUMAS de mieux connaître ces oiseaux.

mg7246dxoraw.jpg

Voici la Grande Aigrette. Vous pouvez la voir en ce moment en grand nombre dans les prairies qui bordent la route entre Marcigny et Montceaux l’Etoile où elle chasse à l’affut les petits rongeurs (mulots et campagnols), seule nourriture qu’elle puisse espérer l’hiver. Pendant la belle saison, elle préfère les petits poissons et les batraciens. Longtemps considérée comme une espèce migratrice passant l’hiver dans le sud, elle hiverne de plus en plus dans nos régions.

hroncendr.jpg

Le héron cendré est beaucoup plus commun. Il niche en colonies dans un petit bois d’épicéa près du Port d’Artaix.

Photos  copiées sur le site: Marcel Dumas Nature avec son autorisation.

31 décembre, 2010

Deux nouveaux visiteurs ailés

Classé dans : Nature — mairiesemurenbrionnais @ 6 h 52 min

img1186.jpg

Le pic épeiche se rencontre surtout dans les forêts et les grands parcs. L’été, il se nourrit surtout de larves vivant sous l’écorce des arbres. L’hiver, il se contente de graines d’épicéa qu’il fixe dans le creux d’un tronc d’arbre pour les décortiquer. Affamé, il se rapproche des habitations. Les graines de tournesol de la mangeoire font aussi l’affaire. Il niche dans une cavité creusée dans un tronc d’arbre. 

img1177.jpg

On rencontre surtout le gros bec dans les forêts claires de feuillus, dans les vergers et les grands parcs. Il se nourrit des amandes des noyaux de fruits et d’autres graines à enveloppe dure. Même les noyaux de prunes ne résistent pas à son bec puissant.

 

28 décembre, 2010

Féerie de la neige et de la lumière

Classé dans : Nature — mairiesemurenbrionnais @ 6 h 35 min

photo.jpg

Avec la trève des confiseurs, nous prenons le temps de flaner sur les chemins enneigés. C’est l’occasion de découvrir des paysages magnifiques où les rayons du soleil jouent avec le givre des arbres. L’appareil photo n’a pas été oublié et il a pu fixer un beau spectacle. C’est le moment de penser au concours photo de l’année prochaine et de mettre quelques clichés de côté.

23 décembre, 2010

Spectacle à la mangeoire

Classé dans : Nature — mairiesemurenbrionnais @ 7 h 01 min

img11521.jpg

La petite mésange bleue est une fidèle visiteuse. C’est l’amie du jardinier tant elle dévore de chenilles dans le verger au printemps. D’où l’intérêt d’installer des nichoirs dans les arbres qu’elle occupera volontiers.

img11511.jpg

Spectacle très rare: un couple de bouvreuil (ici le mâle au poitrail très rouge et à la tête noire) a fait une apparition furtive. Il est très beau mais peu apprécié du jardinier. En effet ce qu’il préfère, ce sont les bourgeons des arbres en particulier les bourgeons floraux.

 

img11541.jpg

La sittelle torchepot n’est pas facile à photographier tant elle est vive quand elle grimpe ou descend le long des troncs.  Elle se nourrit surtout d’insectes ( pendant la belle saison) sinon elle se satisfait de petites graines.

1...1112131415
 

daryl2 |
BIENVENU DANS LE BLOG DE RIBAE |
brezhoneger |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CETTE ANNEE LA ...
| Noemie's blog
| Blog intéressant