Mairie Semur-en-Brionnais Infos

Bienvenue sur le blog de la mairie de Semur-en-Brionnais

28 mai, 2021

Petit Rappel Circulation et Stationnement cet après-midi

Classé dans : Manifestations,Marché,Vie communale — mairiesemurenbrionnais @ 6 h 00 min

Le MARTSI aura lieu cet après-midi entre 17h00 et 20h00. 

Les stands des commerçants et producteurs seront disposés sur les 2 places, Place Saint Hugues et Place Bouthier de Rochefort, de part et d’autre de la Mairie.

Les véhicules des producteurs et des commerçants seront stationnés au fond de la Place Saint Hugues, vers la Collégiale.

L’accès et la circulation Rue Bouthier de Rochefort, depuis le carrefour avec la Grand Rue, Places Bouthier de Rochefort et Saint Hugues sont interdits, sauf un accès restreint pour les résidents et les secours.

Le stationnement est strictement interdit, y compris pour les résidents, Rue Bouthier de Rochefort, Place Bouthier de Rochefort et Place Saint Hugues.

Ces interdictions prendront effet ce Vendredi 28 mai 2021 de 15h00 à 21h00.

Pour mémoire : couvre-feu à 21h00, jauge pour les marchés ouverts : 4 m2 par personne

21 mai, 2021

La participation citoyenne comment ça marche ?

Classé dans : Vie communale — mairiesemurenbrionnais @ 5 h 00 min

IMG_20210422_151313La participation citoyenne est devenue un pilier du bon fonctionnement des démocraties.

Elle aide les institutions à nouer avec les citoyens des relations fructueuses qui rehaussent la qualité de vie à l’échelle locale parce qu’elles expliquent les décisions.

Les sujets sont variés : l’urbanisme, l’aménagement du territoire, la bioéthique, le numérique, le climat, la sécurité…

Le 22 avril 2021, le sous-préfet de Charolles, Jérôme Aymard, la capitaine Coquelet de la brigade de gendarmerie de Charolles et le maire François Antarieu, ont signé un protocole de participation citoyenne pour mettre en place une chaîne de vigilance structurée autour d’habitants de la commune.

Cette démarche, encadrée par la gendarmerie nationale, est un dispositif gratuit dont les objectifs sont :

- encourager la population à adopter une attitude solidaire et vigilante

- informer les forces de l’ordre de tout fait particulier

- établir un lien régulier entre les habitants d’un quartier, les élus et les représentants de la force publique

- accroître la réactivité des forces de sécurité contre la délinquance d’appropriation ;

- renforcer la tranquillité au cœur des foyers et générer des solidarités de voisinages.

- conforter les moyens de sécurité publique déjà mis en œuvre.

En Pratique :

Veiller sur son quartier c’est veiller les uns sur les autres.
Connaître tous ses voisins, partager avec eux ses dates de départ en vacances, rester connectés, être attentif aux faits d’insécurité, informer la gendarmerie de la présence de véhicules suspects, d’un danger potentiel ou de quelque chose d’anormal chez un voisin absent (ce n’est pas de l’espionnage que de regarder ce qu’il se passe chez son voisin absent), lui ramasser son courrier…
Pas question de jouer les shérifs en cas de fait suspect, il suffit d’appeler la gendarmerie.

« Participation Citoyenne », ex-vigilance citoyenne, a été créée en 2006 et a été renforcée en 2019 par le ministre de l’intérieur de l’époque, Christophe Castaner.
C’est en fait un contrat moral entre les habitants et la gendarmerie qui fonctionne bien dans un voisinage où règnent le partage, l’entraide et la solidarité.
Ce service public est gratuit.

 

L’autre dispositif de vigilance citoyenne existant en France est proposé par la version privée et payante, Voisins Vigilants et Solidaires.
Le système se présente sous forme d’un site internet et d’une application pour smartphone. L’inscription des particuliers est gratuite mais un utilisateur qui envoie une alerte sur le réseau doit payer, sauf si sa commune est cliente. Dans ce cas, c’est elle qui paye : comptez 800 euros par an pour une petite commune comme la notre.

A suivre…

 

16 mars, 2021

A l’EHPAD

Classé dans : Vie communale — mairiesemurenbrionnais @ 6 h 00 min

Bonjour

L’équipe d’animation de l’EHPAD Bouthier de Rochefort adresse au conseil municipal ses sincères remerciements pour sa générosité envers nos résidents.

Nous avons pu, grâce à votre aide financière, passer commande auprès d’« Agoralude »  afin de se procurer, en accord avec les résidents, un jeu de scrabble géant  pour les adeptes ainsi que deux jeux de cartes grand format pour les incontournables de la belote et/ou de la manille. 2 petits porte-cartes permettent également aux personnes ayant des problèmes de préhension de pouvoir continuer de se faire plaisir autour du jeu !

Nous sommes très heureux d’avoir pu, grâce à vous, diversifier et adapter notre matériel !

Je vous joins quelques photos pour illustrer nos remerciements.

Bien Cordialement

Murielle Daumur,
animatrice coordinatrice à l’EHPAD Bouthier de Rochefort

P1050728 P1050729 P1050735

 

23 février, 2021

Où va se nicher la bêtise humaine ?

Classé dans : Vie communale — mairiesemurenbrionnais @ 17 h 45 min

France_road_sign_B9h.svg

Qui pouvait en vouloir autant au panneau interdisant la circulation des motos, situé à l’entrée ouest du chemin de la poterne ?

En plus de voler le panneau, les vandales rageurs ont déterré le gros bloc de béton qui en assurait la stabilité.

POTEAU POTERNE

Du travail en perspective pour notre ami Hervé et des dépenses non prévues pour la commune.

MERCI LES GARS !!!

« La méchanceté et la bêtise humaine sont une arme redoutable que les faibles d’esprit utilisent pour se sentir supérieurs. »

 

18 février, 2021

EHPAD Bouthier de Rochefort : que des bonnes nouvelles

Classé dans : Vie communale — mairiesemurenbrionnais @ 6 h 30 min

Comme promis, quelques nouvelles de l’EHPAD de Semur.

Les résultats des tests pratiqués ce mardi sont arrivés : tout le monde est négatif !!!

Bravo aux équipes pour leur réactivité et leur professionnalisme pendant ces 15 jours de combat. Parmi les 25 résidents qui ont donc eu le COVID, il nous faut quand même déplorer 2 décès. Tous les autres se sont développés maintenant des anticorps… 

Côté vaccination, 26 résidents ont maintenant eu leurs 2 injections.  Encore une vingtaine de résidents volontaires attend leur prescription par un médecin (protocole oblige…).

Un nouveau test de contrôle sera fait semaine prochaine.

La Direction de l’établissement va communiquer d’ici la fin de cette semaine avec les familles pour l’organisation des visites.

Restons vigilants et appliquons les gestes barrières, on peut être contagieux avant d’être testé positif ou bien sans signe de maladie, pensons-y.

François Antarieu

2 février, 2021

Soutenons nos équipes à l’EHPAD

Classé dans : Vie communale — mairiesemurenbrionnais @ 6 h 30 min
Bonjour à tous,
 
Madame Sandrine Brun, responsable de l’EHPAD Bouthier de Rochefort, me tient régulièrement informé de la situation sanitaire dans l’établissement.
 
Depuis de nombreux mois, pendant toute cette déjà longue période de crise sanitaire, l’ensemble de l’équipe (direction, personnel médical et de soins, personnel de restauration et personnel technique) a réussi à éviter tout développement du virus dans l’établissement.  Cette réussite est le fruit d’un investissement sans faille des équipes, un strict respect des mesures de protection renforcées, une vigilance de tous les instants, parfois des mesures contraignantes pour réguler les visites aux résidents.  Pour cela, les équipes méritent toutes nos félicitations.
 
Le personnel, les résidents, sont régulièrement testés pour identifier le plus rapidement possible tout risque, aucun nouveau résident ne rentre sans avoir été testé et ceux qui sont testés positifs ne peuvent pas être accueillis. 
 
Mais le virus est malin, à tout moment, et par tout moyen, il peut pénétrer à l’intérieur de l’établissement. Il y a quelques jours, tel fut le cas, sans que l’on sache l’origine exacte de son arrivée. Immédiatement, toute l’équipe a mis en place les mesures exceptionnelles et très contraignantes prévues pour arriver à maîtriser la situation.
 
A ce jour, un peu plus de vingt résidents sont testés positifs, certains ont développé la maladie et d’autres ne présentent pas de signes particuliers. Toutes les familles ont été rapidement prévenues de la situation et des restrictions de visites mises en place.
 
Cet épisode nous rappelle que le respect des gestes barrières est fondamental pour éviter la transmission et la propagation du virus.  Nous pouvons être porteurs du virus et contagieux quelques jours avant les signes de maladie, avant de se faire tester : il faut en tenir compte et rester sérieux, même quand tout semble aller bien.
 
En attendant, soutenons les équipes de notre EHPAD.  Les procédures et protocoles en place pour lutter contre la propagation du virus sont très lourds (à juste titre), demandent énormément de travail supplémentaire. Toutes les équipes sont engagées dans cette lutte.  N’hésitons pas à leur manifester, d’une manière ou d’une autre, notre soutien et nos encouragements.
 
Nous vous tiendrons au courant chaque semaine.
 
Le Maire
François Antarieu

4 décembre, 2020

Ce qui arrive aux voitures garées trop longtemps au même endroit !

Classé dans : Vie communale — mairiesemurenbrionnais @ 12 h 14 min

IMG_20201204_094408

25 novembre, 2020

Babeth Coiffure

Classé dans : Vie communale — mairiesemurenbrionnais @ 18 h 25 min

Capture

21 septembre, 2020

Exposition Architecture Rurale du Charolais-Brionnais du 18 septembre au 18 octobre

Classé dans : Non classé,Vie communale — mairiesemurenbrionnais @ 7 h 00 min

Inauguration ce vendredi 18 septembre en fin d’après-midi, au jardin des Tours, de l’exposition organisée par le Pays Charolais-Brionnais (PETR) à l’occasion de la publication du livre « Architecture Rurale du Charolais-Brionnais ».

Le Président du Pays, M. Jean-Marc Nesme, les Vice-Présidents M. François de Bélizal (Art et Culture, candidature UNESCO), M. David Cordeiro (Urbanisme), M. Stéphane Huet (Tourisme) et M. Denis Prost (Santé), M. Arnaud Durix, conseiller départemental, entouraient M. Aurélien Michel, auteur du livre, M. Pierre-Marie Barbe-Richaud, photographe et Mme Dominique Fayard, directrice du PETR du Pays Charolais-Brionnais, également en charge du dossier de candidature UNESCO, ainsi que les propriétaires ayant ouvert leur demeure dans le cadre de la réalisation de l’ouvrage et qui avaient pu se rendre présents.

Un grand remerciement à M. Jean-Louis Dosso-Greggia, Président de l’association Vielles Pierres, qui a permis l’accueil de cette exposition de photos des constructions les plus caractéristiques de cette architecture rurale du Charolais-Brionnais.

M. Aurélien Michel a expliqué le processus d’élaboration de l’ouvrage, remercié les nombreux contributeurs et replacé le travail dans le cadre des démarches entreprises par le Pays pour la candidature du « Paysage culturel de l’élevage bovin » au patrimoine mondial de l’UNESCO.

L’exposition se tiendra au Jardin des Tours, devant le Château, du 18 septembre au 18 octobre.  En cas de fortes intempéries, elle pourra être déplacée au Grenier à Sel. Le livre devrait être bientôt disponible à l’accueil du Château.

Pays - Architecture Rurale - Inauguration - 2020-09-18 Photo 2

 

Pays - Architecture Rurale - Inauguration - 2020-09-18 Photo 4

12 août, 2020

Réponse à Michel Métrop : La tombe de « pseudo Nicole » Article complété

Classé dans : Vie communale — mairiesemurenbrionnais @ 23 h 48 min

Nicole Dubreuil répond à l’article du 8 mai 2020 :
Michel Métrop évoque le souvenir de « Pseudo Nicole »

Ma mère, Régine Dubreuil, est née le 14 juillet 1914, de Marie-Louise Fauconnet (1885-1958), femme de chambre au château de St Martin-la-vallée, et de Pierre Dubreuil, (1872-1957), majordome, travaillant également au château de St Martin-la-vallée.

Nicole Dubreuil

Mes grands-parents, et ma mère enfant, au mariage des parents de Michel Métrop.

 En 1934, ma mère a épousé Charles Mérand dont la famille possédait le château des Crays (ou château de Pion), en haut de Semur-en-Brionnais.

Nicole Dubreuil 2

 Ma mère, Régine Dubreuil, et Charles Mérand

 Séparée de Charles Mérand en 1940, elle s’est enrôlée dans la Résistance, où elle a été la secrétaire de Yvon Morandat (1913-1972) homme politique et Résistant attaché au cabinet du Général de Gaulle. Son nom de guerre était, Rozane de Maxerland, et dans les réseaux clandestins, Nicole, qui veut dire « Victoire ».

Elle a été décorée de la croix de guerre, et médaillée de la Résistance.

Mon père, Joannès Péron (1921-1968) est mort en mission à 47 ans, il était agent secret au service des renseignements du Ministère de l’Intérieur, direction générale de la police. Durant la résistance il répondait aux ordres de Pierre Brossolette, Commandant des services secrets de la France libre. Plus tard il a été décoré de la Croix de Guerre par le Général De Gaulle. Son nom de guerre était Jacques de Périgny, et dans les réseaux clandestins, Forest.

Sous le régime de Vichy, ma mère n’était pas seulement agent de liaison. En collaboration avec le Docteur Georges Wenger, Gédéon, chef de clinique à la faculté de médecine de Lyon, elle faisait passer clandestinement des réfugiés politiques, des enfants et des familles juives dans les régions frontalières (Midi, Suisse, Espagne) à l’insu des patrouilles allemandes et françaises. Elle a ainsi sauvé la vie de l’éditeur Nathan.

Travaillant pour Yvon Morandat sous les ordres de Jean Moulin, j’ignore si elle a croisé ce dernier, mais elle a bien rencontré le couple Aubrac : Lucie Bernard, Catherine, et Raymond Samuel, Aubrac.

mére

Ma mère, Régine Dubreuil

A Lyon, en mai 1942, elle a été arrêtée dans une rafle et torturée par un milicien de la police française qui lui a brûlé le dessus des mains avec des mégots de cigarettes. Arrivée au poste elle a réussi à tromper sa vigilance et s’est enfuie. Recherchée par la Gestapo elle a pu rejoindre l’Armée secrète du Forez, secteur de Résistance de Marguerite Gonon.

Et c’est plus tard, dans le Forez, que déjà atteinte par la tuberculose, qu’elle m’a secrètement donné le jour au domicile d’une infirmière sage-femme.

Ce que je connais de sa vie vient de ses propres écrits, des rares confidences de ma grand-mère, de mes perceptions d’enfant, et de mes recoupements et déductions d’adulte sur les projections plus ou moins passionnées des anciens. A Semur celles de monsieur Louis Léon Bichue, marié à la veuve du frère de ma grand-mère, Yves Augustin Fauconnet (1879-1914), et à Marcigny, celles de quelques résidents de la Tour du Moulin.

Elle est morte à 33 ans, en janvier 1947.

12345...260
 

daryl2 |
BIENVENU DANS LE BLOG DE RIBAE |
brezhoneger |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CETTE ANNEE LA ...
| Noemie's blog
| Blog intéressant