Mairie Semur-en-Brionnais Infos

Bienvenue sur le blog de la mairie de Semur-en-Brionnais

17 novembre, 2009

Colloque des 20 ans du Centre d’Etude du Patrimoine

Classé dans : Manifestations,Vie intercommunale — mairiesemurenbrionnais @ 8 h 33 min

SAINT-CHRISTOPHE-EN-BRIONNAIS

20 intervenants pour le colloque des 20 ans du CEP

Le travail d’inventaire et mise en valeur du patrimoine régional, en lien avec de nombreuses autres associations et institutions culturelles, concerne 15 cantons et 153 communes, soit environ un quart du département de Saône-et-Loire.

A l’occasion du colloque annuel ayant lieu chaque automne (vendredi 20, samedi 21, dimanche 22 novembre) depuis la création du CEP (Centre d’Etudes des Patrimoines), 20 intervenants de haut niveau, venus de tout l’hexagone, essaieront d’analyser, avec le public, à partir de données claires, accessibles à tous, pourquoi notre patrimoine est en danger, comment parier sur l’avenir, qu’elle est la part prise par les collectivités, par l’Etat, par le mécénat et, de fait, par nos impôts, afin qu’il perdure pour les générations à venir : « un peuple sans passé, ne peut se projeter dans l’avenir… »

L’investissement en faveur du patrimoine a-t-il encore un sens ? Cette question de fond sous-tendra l’ensemble des exposés et des débats qui auront lieu, lors de ce colloque. Au CEP, quelle que soit la fonction des salariés, quels que soient les bénévoles et membres de l’association, tous oeuvrent, ne comptant ni leur temps, ni leur peine, avec une ténacité forçant au respect. Le système D est de mise, les soutiens sont recherchés, les étudiants et les professeurs d’architecture ne sont pas pour rien dans les réussites spectaculaires (les plans des églises romanes, des châteaux, les restaurations, l’initiation du public…) de cette association.

Le patrimoine de France n’est pas laissé à l’abandon. Nombre de monuments nationaux appartiennent à l’Etat – particulièrement les grandes cathédrales – qui prend en charge leur restauration. La protection de l’Etat sur les Monuments Historiques s’exerce sur les monuments classés et, à moindre contribution, sur les inscrits. Le budget du Ministère de la Culture 2010 est en augmentation. 400 millions d’Euros vont être consacrés à la restauration des Monuments Historiques. Les autres monuments non protégés dépendent des Collectivités territoriales, intercommunales, départementales, régionales qui réagissent en fonction de leurs priorités ou de leurs contraintes budgétaires. Un certain désengagement de l’Etat constitue une véritable révolution. Le Ministère de la Culture (DRAC) se contente d’assister la maîtrise d’ouvrage et laisse maintenant les communes monter les dossiers et collecter les fonds auprès de l’Etat et des Collectivités territoriales. Un des aspects de la sauvegarde de notre patrimoine architectural est souvent oublié : des associations et des bénévoles oeuvrent sans relâche pour collecter des fonds et le sauver. Des monuments comme le château de Versailles, par exemple, ont pu être sauvés par le mécénat américain.

Le CEP, lui, est soutenu par les élus du Charolais, par le « Pays d’Art et d’Histoire »  avec Aurélien Michel, animateur de l’architecture et du patrimoine. Le programme des « Chemins du Roman en Bourgogne du sud » (Pays du Charolais-Brionnais) est également soutenu par le Conseil Général de Saône-et-Loire et le Conseil Régional de Bourgogne. L’inventaire architectural des églises romanes se développe, depuis 20 ans, avec le soutien et sous le contrôle de la Direction Régionale des Affaires Culturelles (Conservation Régionale des Monuments Historiques). Rappelons que le programme des « chemins du Roman » en Bourgogne du sud est partie prenante du grand projet européen « Transromanica » qui a été labellisé par le Conseil de l’Europe en février 2007.

Fabienne Croze

Programme du Colloque

Le vendredi 20 novembre, à 8h du matin, sous la Présidence de Nicolas Reveyron, professeur d’Histoire de l’Art et Archéologie à l’Université Lumière, Lyon 2, Président du Conseil Scientifique du CEP, en présence de directeur du CEP, Pierre Durix et des élus, le colloque sur le « Patrimoine en crise, Patrimoine en devenir » ouvrira ses portes aux participants. Ensuite, de 9h30/10h : Aurélien Michel, « Le label  Villes et pays d’art et d’histoire, un atout pour le devenir du patrimoine ». 10h/10h30 : Hannelore Pepke-Durix, enseignante à l’Université de Bourgogne, « Démarches innovantes autour de trois grands sites cisterciens en Bourgogne du Nord : Cîteaux, Fontenay, le Clos de Vougeot ». 10h45/11h15 : Mathieu Pinette, conservateur en chef du patrimoine, « Le château de Germolles : une expérience de tourisme culturel dans un monument privé bourguignon ».11h15/11h45 : Violaine Nicolas, doctorante à l’Université de Caen, « Un patrimoine de montagne fragile : les burons du Cantal ». 11h45/12h30 : débat. 12h45/14h15 : repas au resturant La Tour d’Auverge, à St-Christophe. 14h30/15h : Frédéric Didier, architecte en chef des monuments historiques : « Un exemple de restauration du patrimoine roman en Bourgogne du sud, l’église de St-Bonnet-de-Cray ». 15h/15h30 : Alain Magdelaine, archéologue « Protection et sauvetage du patrimoine historique et archéologique : leurre ou réalité ? ». 15h45/16h15 : Philippe Ménager, enseignant « Les ponts canaux de Bourgogne, témopins des grands bouleversements architecturaux su XIXième siècle ». 16h15/16h45 : Alain-Gilles Chaussat, doctorant à l’Université de Caen. « Les meubles à main : exemple d’un patrimoine secondaire et longtemps délaisé en Basse-Normandie ». 16h45/17h30 : débat. 18h : inauguration de l’exposition « Les Chemins du Roman en Bourgogne du sud » en hommage à Hermann Wirth, professeur émérite de l’Université du Bahaus à Weimar (Allemagne)

Le samedi 21 novembre : 9h/9h30 : Mario Rossi, professeur émérite de phonétique de l’Université de Provence « Les langues en péril. Le cas du Charolais-Brionnais ». 9h30/10h : Emeline Daniel, médiatrice culturelle « Les sources et fontaines réputées guérisseuses du Charolais-Brionanis ». 10h15/10h45 : Julien Alleau, doctorant en histoire moderne, Université de Caen « Loups, hommes, bétail, dans les Alpes occidentales du XVIième au XIXième siècles ». 10h45/11h15 : Gilels Platret « Le loupet l’enfant dans la Bourgogne d’avant 1833 ». 11h30/12h30 : débat. 12h45/14h15 : repas au restaurant de la Tour d’Auvergne. 14h30/15h : Jens REiche, docteur en histoire de l’art, enseignant à l’université de Göttingen (Allemagne) « Les transformations des centre-ville en Allemagne depuis la fin de la 2ième guerre mondiale : un regard critique ». 15h/15h30 : professeur Peter Fister, directeur de l’institut d’architecture de l’université de Lubiana (Slovénie) « The iunfluence of différent evaluations on décisions about the future of cultural heritage : 3 dilemmas in the slovenr expérience ».15h45/16h15 : professeur Janosz Krähling et Laszlo Darago, faculté d’architecture de l’Université de technologie et d’économie de Budapest (Hongrie) « Contemporary Hungarian monument preservation praéctice, between scientific research and the needs of tourisme ». 16h15/16h45 : Pierre Jérôme Biscarat, doctorant, Université ParisI Sorbonne « La Maison d’Izieu, mémorial des enfants juifs assassinés ». 16h45/17h15 : débat. 17h30/18h : conclusion du colkloque. 18h30/21h30 : soirée festive avec concert de musique à l’église romane d’Anzy-le-Duc, avec cocktail dans le bâtiment du prieuré.

Dimanche 22 novembre : 9h/13h : visite guidée de trois sites et monuments restaurés dans le Brionnais

Réservations et renseignements : CEP -Le Montsac 71800 Saint-Christophe-en-Brionnais. Tél. 03 85 25 90 29. Courriel : cep.charolais@free.fr ou contact.cep@charolais-brionnais.net. Site internet : cep.charolais-brionnais.net

16 novembre, 2009

Journée Nationale des Assistantes Maternelles

Classé dans : Vie communale,Vie intercommunale — mairiesemurenbrionnais @ 8 h 26 min

Le Relais Assistantes Maternelles des cantons de Semur en Brionnais et de Marcigny organise le jeudi 19 novembre une conférence dans le cadre de la journée nationale des assistantes maternelles sur le thème du rytme de l’enfant. Cette conférence se tiendra à la Mairie de Marcigny (salle n°1) à 20h.

-Intervention du médecin de la PMI de la circonscription de Charolles avec les assistantes maternelles des cantons de Semur et Marcigny.

-Exposition et échanges sur le métier d’assistante maternelle.

-Pot de l’amitié offert à l’issue de l’intervention.

9 novembre, 2009

Le compostage: un geste éco-citoyen à la portée de tous.

Classé dans : Vie communale,Vie intercommunale — mairiesemurenbrionnais @ 11 h 23 min

Notre déchèterie ainsi que les deux autres de St Christophe et de Fleury sont submergées de déchets verts. Afin de réduire cette quantité qui doit être ensuite traitée par la collectivité, une sensibilisation de la population au compostage est en cours. Elle est organisée par le SMEVOM du Charolais -Brionnais et Autunois. (SMEVOM=Syndicat Mixte d’Elimination et de Valorisation des Ordures Ménagères).

En tas ou en bac, le compostage est une technique facile, écologique et économique.

Vous allez recevoir prochainement dans votre boîte aux lettres, le journal du SMEVOM où sont développées des gestes pratiques vous permettant de bien réussir votre compostage. Il sera possible de passer commande pour un composteur en bois au prix de 10€ à l’aide d’un bon de commande à remettre à la Mairie.

2 novembre, 2009

Le Centre de Loisirs a fêté Halloween

Classé dans : Vie communale,Vie intercommunale — mairiesemurenbrionnais @ 10 h 19 min

dscn97461.jpg

Ils étaient nombreux ce vendredi 30 octobre à avoir participé à la fête d’Halloween au centre de loisirs de l’ABISE. La matinée a été consacrée à la préparation minutieuse des déguisements et des accessoires. Puis ce fut le défilé dans les rues du village avant de poser pour la photo au pied du château. Aucune chauve souris venue des cachots n’est venue se joindre à la joyeuse troupe.

22 octobre, 2009

Le Centre de Loisirs a fait son programme des vacances de Toussaint

Classé dans : Vie communale,Vie intercommunale — mairiesemurenbrionnais @ 10 h 58 min

img21691.jpg

Mohamed, directeur du Centre de Loisirs.

Pour les vacances de Toussaint qui commencent ce week end, l’équipe d’animation a élaboré diverses activités: ateliers déguisement pour la grande fête d’Halloween, cuisine, mobiles d’oiseaux, boîte aux chauves-souris… Des sorties sont aussi au programme: la Ludo Mobile à St Julien et un tournoi de basket à St Christophe. Nous rappelons que les inscriptions se font à la demi-journée, à la journée, avec possibilité d’accueil avant et après le temps d’activités ainsi que pendant le temps des repas.

Voici le programme en détail:

-Lundi 26 octobre: matin, atelier de déguisement. après-midi, jeux de balles.

-Mardi 27 octobre: matin, boîte aux chauves-souris. après-midi, Ludo Mobile à St julien.

-Mercredi 28 octobre: matin, atelier déguisement. après-midi, Méga Tennis et Mini Golf.

-Jeudi 29 octobre: matin, Photophosphore Citrouille. après-midi, jeu inventer sa ville (jeu de construction).

-Vendredi 30 octobre: matin, préparation de la fête (déguisement, décorations et cuisine). après-midi, grande fête d’Halloween (grand jeu et goûter des horrreurs, les parents sont les bienvenus).

Lundi 2 novembre: matin, mobile aux z’oiseaux. après-midi, jeux de relais.

Mardi 3 novembre: matin, activités Tout en Carton. après-midi, Jeu geôliers aveugles.

Mercredi 4 novembre: Sortie surprise.

Pour les inscriptions: 03 85 25 27 54.

16 octobre, 2009

Réflexion sur les déchetteries

Classé dans : Vie communale,Vie intercommunale — mairiesemurenbrionnais @ 17 h 07 min

La Communauté de Communes réfléchit actuellement sur l’avenir des trois déchetteries du canton. Aucune n’est aux normes. L’orientation la plus vraisemblable semble être la création d’une seule déchetterie sur notre canton, le lieu pressenti étant Saint Julien de Jonzy.

Voici le courrier que j’ai adressé au vice-président de la commission environnement de la communauté de communes:

« S’il ne devait y avoir qu’une seule déchetterie sur le canton, je propose la candidature de la commune de Semur en Brionnais pour les raisons suivantes:

  • Elle a une position centrale par rapport à la géographie du canton : Varenne l’Arconce au Nord se trouve à 15km, Iguerande au sud à 14 km, Fleury la Montagne à 15 km.

  • La déchetterie actuelle de Semur est bien placée, proche de la route départementale, dans une zone artisanale où elle ne créerait pas davantage de nuisance que l’actuelle déchetterie, l’habitation la plus proche se trouve à 300m.

  • L’extension de la déchetterie actuelle est possible. Mr Vizier, propriétaire du terrain voisin serait vendeur à un prix très raisonnable. Cela porterait la superficie totale à 6 000m2 environ. De plus ce terrain est utilisable tel quel, il ne demande ni terrassement ni empierrement.

  • Le raccordement au réseau d’eau potable et au réseau électrique peut être facilement exécuté.

  • Nous sommes prêts à partager les frais de la création d’un bloc sanitaire (WC, douche, lavabo) qui pourrait être également utilisé par nos employés communaux puisque la déchetterie actuelle est à proximité du local communal.

     

Le maintien de la déchetterie à Semur en Brionnais permettrait ainsi à la Communauté de Communes de réaliser des économies substantielles. »

François BACIAK

 

13 octobre, 2009

Assemblée générale de ABISE

Classé dans : Vie associative,Vie communale,Vie intercommunale — mairiesemurenbrionnais @ 7 h 35 min

p1060796.jpg

L’assemblée générale de ABISE s’est tenue ce 9 octobre dans la salle du conseil municipal à Semur en Brionnais en présence de nombreux élus du canton et des utilisateurs des services mis en place par l’association.

Le bilan moral de l’année 208 a été présenté par son président Michel BOFFET.

« Nous rappelons que l’ABISE existe par la volonté de la Communauté de Communes de Semur en Brionnais afin de développer l’Action Sociale dans son canton. Depuis, l’existence du Relais Assistantes Maternelles, cette action s’étend sur le canton de Marcigny. Les statuts ont été modifiés dans ce sens l’année précédente et la Communauté de Communes du canton de Marcigny est représentée par un membre de droit au conseil d’administration.

Le bureau élu suite à l’assemblée générale de 2007 a élu ainsi:

Président: Michel Boffet

Vice-présidente: Françoise Chalayer

Secrétaire: Martine Jacquette

Trésorier: Roland Julien

Des commissions ont été mises en place pour travailler sur le projet Halte Garderie avec une étude reprise à la base et étendue aux deux cantons de Semur et de Marcigny. Une nouvelle enquête doit être effectuée pour définir les besoins et le public concerné.

Une commission travaillera sur la faisabilité d’une Epicerie Sociale, ABISE étant essentiellement le porteur administratif, conseillé par les différentes associations et services sociaux concernés (ADMR, Crois Rouge, Emmaüs, Assistantes Sociales). De nombreuses visites ont été organisées afin de connaître le fonctionnement de structures en exercice (Charlieu, Autun, Epinac…)

L’acquisition d’un bus 9 places avec sièges enfants, financé par la Caisse d’Allocations Familiales, permet de faciliter le ramassage des enfants pour le Centre de Lloisirs et la mise en place d’activités pour le Relais Assistantes Maternelles. Nous rappelons que ce véhicule, s’il est géré par ‘association, est la propriété de la Communauté de Communes de Semur. Une convention d’utilisation a été signée entre les deux organismes. Il peut être utilisé sur les deux cantons , notamment pour les activités Action Jeunesse.

L’année 2008 a vu la mise en place de la Ludothèque sur les deux cantons, à la fois fixe et itinérante.

L’année 2008 a vu le Centre de Loisirs fonctionner pendant le mois de juillet, grâce à la Commune de Semur en Brionnais qui nous a accueillis dans les locaux de la cantine scolaire. Les enfants et les parents sont satisfaits et réclament plus de jours d’ouverture. Des rencontres avec le Ciel Bleu sont prévues pour garantir le bon fonctionnement des deux structures.

Les projets 2009 restent, en dehors de la pérennisation des actions existantes: (Lieu Ressources, Centre de Loisirs, Parentalité, groupe « les Flamboyants », Relais Assistantes Maternelles), la faisabilité de l’Epicerie Sociale et le mode de garderie le mieux adapté pour la petite enfance.

Il est certain que si ces nouveaux services doivent se mettent en place, il ne sera pas viable pour ABISE de les porter si elle reste sous sa forme actuelle avec le personnel présent. Elle devra en accord avec les élus et les différents partenaires modifier sa structure avec d’autres moyens pour supporter cette nouvelle charge. Il est important de rappeler que le Contrat Animation Locale signé avec la Caisse d’Allocations Familiales prendra fin le 31 décembre 2009.

Je tiens à remercier tous les partenaires pour la qualité des relations qu’ils entretiennent avec ABISE et pour l’efficacité dans l’aide qu’ils apportent: CAF, MSA, Conseil Général, PMI, et bien sûr les élus des deux cantons par l’intermédiaire de leurs présidents et Vice-Présidents de l’Action Sociale.

Je ne peux terminer ce bilan sans remercier le personnel de l’ABISE pour le sérieux qu’il apporte dans son travail.

Quant aux bénévoles, ils s’activent le mieux qu’ils peuvent et demandent à être plus nombreux pour donner plus de corps à notre association. »

12 octobre, 2009

Epicerie sociale: la réflexion continue, le projet avance.

Classé dans : Vie communale,Vie intercommunale — mairiesemurenbrionnais @ 7 h 49 min

 La réflexion sur la création d’une épicerie sociale et solidaire se poursuit. Un local situé à Marcigny a été repéré. Il est bien situé (au centre du bourg), il est spacieux et pourrait tout à fait convenir. Un simple rafraîchissement des murs suffirait. Un projet de création d’un « Resto du cœur » à Marcigny fait s’interroger des membres de la commission sur l’opportunité de créer deux structures qui selon certains se concurrenceraient. Il convient alors de préciser que ces deux projets ne s’adressent pas aux mêmes personnes et n’ont pas le même but.

Les « Restos du Cœur » distribuent des denrées alimentaires gratuitement à des personnes en grande difficulté selon des critères que l’association a définis. Aucun autre accompagnement n’est envisagé.

Les Epiceries sociales et solidaires s’adressent à des personnes qui connaissent des difficultés passagères à la suite d’un accident de la vie. Les personnes y achètent des produits alimentaires à des prix de l’ordre de 20% du marché. Il y a un accompagnement et un suivi de ces personnes au travers d’animations mises en place par des bénévoles et des professionnels : préparation de repas, jardinage, gestion du budget familial…. Elles s’adressent à un public plus large que celui des « Restos du Coeur ».

L’aide sollicitée auprès des collectivités locales sera certainement plus importante pour la création d’une épicerie sociale. Mais en contre partie, cette structure permettrait la création d’un, voire deux emplois.

Prochaine étape dans l’avancement du projet:

  • Réunion avec la personne qui est à l’origine du projet « Resto du Cœur » pour en savoir plus.
  • Demande d’engagements auprès des financeurs potentiels: CAF, MSA, Conseil Général… 

    En fonction de ces précisions il sera alors demandé aux deux communautés de communes de se positionner.

  • François BACIAK

  •  

5 octobre, 2009

Démarche territoriale de santé

Classé dans : Vie communale,Vie intercommunale — mairiesemurenbrionnais @ 10 h 16 min

p1060787.jpg

 Le Pays Charolais Brionnais comprend 129 communes, 11 communautés de communes et 13 communes isolées. Celui-ci souhaite réduire les inégalités dans le domaine de la santé au sein de son territoire. Dans le cadre de la démarche territoriale de santé qu’il a lancée, une phase de recensement de données locales est nécessaire afin d’élaborer un diagnostic de la situation sanitaire et sociale sur notre territoire.

Ainsi le CODES 71 (Comité départemental d’Education pour la santé en Saône et Loire), missionné par le Pays Charolais par convention avec le bureau syndical a défini une méthodologie lors de rencontres avec les élus des différents conseils communautaires du territoire. La première phase consiste en une évaluation collective de l’offre, des besoins, des ressources et des priorités en matière de santé de la population.

Mme CORNELOUP, vice-présidente chargée des Affaires Sanitaires, Médico-sociales et Familiales du Pays Charolais Brionnais, Mme L’HORSET, chargée de mission par le CODES, et Mlle BALADIER chargée de mission du Syndicat Mixte ont animé ce vendredi à la salle des fêtes de SEMUR une séance de travail avec les délégués communautaires des cantons de  SEMUR et de MARCIGNY.

Au sein de chaque commune, une personne référente et des personnes resources seront choisies. Des questionnaires seront ensuite adressés à un échantillon d’habitants de la commune où ils exprimeront leur opinion et leur vision de la situation. Si vous souhaitez être consultés, vous pouvez vous adresser au secrétariat de mairie, un questionnaire vous sera alors remis. Il est prévu que la consultation se fasse avant le 20 octobre.

François BACIAK

 

2 octobre, 2009

Gardes d’Enfants: résultats de l’enquête.

Classé dans : Vie communale,Vie intercommunale — mairiesemurenbrionnais @ 8 h 23 min

Une enquête concernant les modes de gardes d’enfants a été réalisée au printemps 2009.La cible de ces questionnaires était les familles des 2 cantons de Semur et de Marcigny ayant des enfants de moins de 6 ans.

184 questionnaires concernant 400 enfants ont été retournés. A titre indicatif, nous avions au 32/12/2008 (données CAF et MSA):

-406 enfants recensés de moins de 6 ans sur le canton de Marcigny.

-290 enfants recensés de moins de 6 ans sur le canton de Semur.

Le retour des questionnaires correspond à 28% d’enfants concernés ce qui est très satisfaisant.

Mode de garde actuelle:

*Sur l’ensemble des réponses, 135 familles ont un mode de garde soit 73%.

Les familles ont pour la grande majorité un seul mode de garde. Cependant près de 45% utilisent 2 voire 3 et plus modes de gardes, pouvant rendre difficile la conciliation vie professionnelle, familiale et sociale. L’utilisation de plusieurs modes de gardes peut venir:

-Du fait d’avoir des enfants d’âges différents pouvant bénéficier de plusieurs services ( enfants scolarisés ou non).

-De la difficulté d’avoir, sur un volume horaire souhaité, le même type de garde (disponibilité de l’assistante maternelle).

-De la volonté des familles de diversifier l’accueil.

*Mode de garde:

-Le mode de garde le plus utilisé est l’assistante maternelle, l’utilisation des services en sphère privée (familles, voisins, amis) restant un mode de garde très important.

-82% des enfants de moins de 3 ans ont un mode de garde, à 75% chez l’assistante maternelle.

-Les familles utilisent un mode de garde essentiellement pour raisons professionnelles, avec une fréquentation importante en semaine scolaire et extra scolaire. L’amplitude d’horaire d’accueil est importante: de 7h à 19h.

-Le besoin de garde existe, cependant, il semble à ce jour couvert avec une satisfaction reconnue.

-L’accueil s’effectue sur des lieux éclatés. 15% des familles ont un mode de garde à l’extérieur des 2 cantons, pouvant entraîner des déplacements importants.

Perspectives pour les enfants de moins de 3 ans.

*Potentiel d’accueil:

14 à 54 enfants dur les 2 cantons.

*Modalités d’accueil souhaitées:

-7h à 19h pour la plupart avec quelques demandes extrêmes.

*Analyse:

Le potentiel semble intéressant et pourrait justifier un mode de garde collectif. Cependant trois points sont à approfondir:

-Une part des familles intéressées sont déjà utilisatrices d’un mode de garde dont elles sont satisfaites. Utiliseront-elles effectivement un autre mode de garde collectif sur la fréquence indiquée?

-Le choix de l’implantation d’un accueil collectif sur un territoire aussi vaste aura des conséquences sur le potentiel.

-La conjoncture économique et son impact sur les besoins en mode de garde.

Perspectives pour les enfants de 4 à 6 ans.

*Potentiel d’accueil:

35 enfants le mercredi, 65 enfants pendant les vacances scolaires.

*Analyse:

Au regard du nombre d’enfants interrogés sur cette tranche d’âge (63), un accueil de loisirs pendant les vacances est évident.

Décisions prises au cours de la réunion entre la CAF, la MSA, ABISE, la PMI, les présidents des commissions action sociale des 2 communautés de communes.

-Pour les enfants de moins de 3 ans:

Le besoin de garde serait une garde collective de temps en temps. Une halte-garderie ne peut être mise en place.

Il n’est pas question de concurrencer les assistantes maternelles. Il existe encore à ce jour 13 places sur le canton de Marcigny, 10 sur Semur. Pour les familles qui souhaitent une socialisation de leurs enfants, il existe aujourd’hui des actions qui fonctionnent très bien: club des P’tiots à Marcigny, la Ludomobile sur Semur et Marcigny.

-Pour les enfants de 3 à 6 ans:

La MSA et la CAF sont d’accord pour étudier en partenariat avec l’ABISE et le Ciel Bleu la création d’un centre de loisirs pendant les vacances scolaires. Une seule association sur 2 lieux différents est possible.

François BACIAK.

1...646566676869
 

daryl2 |
BIENVENU DANS LE BLOG DE RIBAE |
brezhoneger |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CETTE ANNEE LA ...
| Noemie's blog
| Blog intéressant